Poudlard Revival
Cher nouvel élève,
Nous avons le plaisir de vous informer que vous bénéficiez d'ores et déjà d'une inscription sur Poudlard revival. Si des questions vous passent par la tête d'ici là, nous répondrons à votre hibou avec plaisir. Il est par ailleurs nécessaire que je vous prévienne que vous rencontrerez beaucoup de monde au fil du temps mais faites attention à vos fréquentations..

Veuillez croire, en l'expression de nos sentiments distingués.
Minerva McGonagall, directrice.



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le tournoi des quatre maisons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Helena Brighton Ekimova


Parchemins : 1293
Date d'inscription : 27/07/2011
Age : 22
Localisation : Poudlard
Humeur : Féline

Grimoire
Relations:

MessageSujet: Le tournoi des quatre maisons   Dim 5 Fév - 10:36


The calm...

    Une semaine. Tel était le délai qui était laissé aux élèves sélectionnés afin de se préparer pour cette grande aventure. La jeune gryffondor était toujours surexcité pour ce qui l'attendait bien qu'elle ne pouvait s'empêcher de penser à Albus. Il avait le moral dans les chaussettes, et cela était encore un euphémisme. C'est pour cela qu'elle ne cessait de se demander si c'était toujours une bonne idée qu'il y participe, évidemment les élèves ne couraient aucun danger mais même cela ne suffisait pas à rassurer la brune qui ne réussissait même pas à se concentrer sur le tas d'objets qui se trouvait sur son lit auquel d'autres venaient s'ajouter à mesure qu'Helena tourbillonnait dans sa chambre en balançant tout ce qui lui passait par la main. C'était décidément très judicieux de n'avoir pensé qu'aux détails techniques la veille de la supposée épreuve, laissant peu de marche de manœuvre à la jeune sorcière. D'un soupir, celle ci s'assit sur son lit et commença à se concentrer enfin sur ces fameux objets. Seuls deux pourraient l'accompagner dans la sombre forêt interdite et il ne fallait absolument pas se tromper sur ce choix crucial. En définitive, rien n'était laissé au hasard.
    Son attention se posait simultanément sur des scrutoscopes par dizaine, différents couteaux aux propriétés aussi diverses qu'étranges, des habits magiques, un briquet argenté ..

    Tant de choses qui ne rendaient son choix que d'autant plus difficile à faire. C'est donc en attrapant un des couteaux, qu'elle fit tournoyer dans sa main de façon plutôt énergique, que la jeune sorcière décida déjà de mettre le briquet argenté de côté, celui ci c'était sur qu'elle le prendrait. Ne lui resterait donc plus qu'à choisir le deuxième objet. Pendant plus d'une dizaine de minutes, Helena prenait les objets, les pesait dans chacune de ses mains, les testait, reflechissait intensément puis en reprenait un autre et refaisait la même chose, encore et encore jusqu'à trouver le bon qui ne semblait toujours pas arriver. Dans un élan de désespoir, elle se jeta en arrière sur son lit et poussa un profond soupir.

    Elle devait réfléchir à ce qu'elle aurait le plus besoin et c'est ainsi que soudainement une idée de génie lui vint à l'esprit. C'était simple, ce dont elle aurait le plus besoin c'était d'énergie, et l'objet qui pouvait la lui fournir était en réalité un objet qu'elle possédait depuis très longtemps dont elle ne se séparait jamais depuis qu'elle l'avait reçu pour ses 9 ans, un cadeau de son cousin Alan. C'était en fait une casquette des plus banales mais lorsque celle ci était posée sur la tête d'un sorcier, il se sentait soudainement envahir par une énergie, bien loin du simple naturel. En ouvrant le tiroir de son armoire, Helena sortit l'objet en question avant de le poser sur sa table de chevet au côté de son briquet magique puis d'un geste de baguette, tous les autres objets de son lit allèrent se ranger dans sa valise laissant la place libre pour une dernière nuit paisible..




... Before the storm



    Le lendemain, un rayon de soleil traversa les volets de la chambre de la tour gryffondor. C'est lentement qu'Helena émergea de son sommeil en ouvrant des yeux plissés qu'elle fit cligner plusieurs fois. C'était le jour J et il ne lui restait plus que quelques heures devant elle avant de pénétrer la sombre forêt interdite. En moins de deux secondes, les couvertures de la jeune sorcière se retrouvèrent au sol tandis que celle ci posait les pieds par terre, le moelleux du tapis chatouillant ses orteils. Elle s'approcha du miroir surplombant son armoire avant de commencer à se préparer. Des habits avaient été disposés au pied de son lit pendant la nuit, c'était surement ceux qu'elle devait vêtir. Après avoir enfilé le débardeur rouge aux couleurs de sa maison et le le training en lycra noir qui collait à sa peau, s’arrêtant juste au dessus des tibias, elle passa un polaire puis le coupe-vent noir qui lui avaient été fournis, sur lequel on pouvait voir l'écusson de sa maison. La jeune fille avait gardé le collier de ses parents autour de son cou et celui de Brian autour de son poignet droit accompagné de la bague de sa meilleure amie sur son pouce et s'attacha ensuite les cheveux en une longue queue de cheval.. Un dernier regard vers le miroir devant elle, puis Helena sortit de sa chambre, ses objets dans sa poche, prenant la direction de la sortie du château.

    Dehors, un vent glacial avait prit place accompagné de légers flocons de neige qui formaient une couche sur le sol, craquetant à mesure que la gryffondor avançait. Arrivée devant la forêt interdite, de nombreux élèves étaient dejà présents et elle s'aligna aux côtés des participants de sa maison, tout en souriant à Albus lorsqu'elle croisa son regard. Il était juste à côté d'elle, tout le monde était là et un silence s'installa au moment où la directrice commença son discours :


    -Bonjour très chers élèves de Poudlard.

    Aujourd'hui est le grand jour, c'est le lancement du tournoi des quatre maisons qui prendra place dans la célèbre foret interdite..


    L'attention d'Helena se perdit vers la lisière de la foret en question en même temps qu'elle gigotait sur place. N'étant pas de nature calme, il était difficile pour elle de se concentrer sur un discours lorsque le stresse la prenait. Tout ce qui réussit à parvenir à ses oreilles concernant les modalités du tournoi étaient "Vous n'avez le droit qu'à deux objets", "Un professeur vous accompagnera à l'endroit où vous pénétrerez dans la foret", " votre première mission étant de retrouver les camarades de votre maison", "Il est temps pour vous de rejoindre votre place".

    Le professeur de défense contre les forces du mal et directeur de la maison gryffondor ne tarda pas à rejoindre Helena qui le suivit sans silence. Elle était plutôt contente que ce soit lui qui l'accompagne, c'était de loin son professeur préféré. Elle salua les élèves de sa maison tout en leur souhaitant bonne chance puis s'éloigna dans un sentier tout comme les autres participants qui se retrouvèrent tous séparés. Ils marchèrent pendant une dizaine de minutes et Mr Armstrong ne semblait visiblement pas à court de conseils pour la jeune fille jusqu'au moment où celui s'arrêta devant un drapeau rouge et or portant le numéro 2.


    -Et voila Brighton, nous y sommes ! On n’a plus qu'à attendre le signal et tu pourras..

    Le professeur ne put terminer sa phrase car au même moment un bruit de canon assourdissant ce fit entendre surement à des kilomètres à la ronde. C'était vraisemblablement le signal en question et le professeur poussa Helena dans la foret interdite tout en lui criant bonne chance avant que les feuilles ne se referment, laissant place au noir quasi-complet, où quelques infimes rayons de soleil arrivaient à traverser les arbres.

    Ce fut le noir, mais aussi un silence pesant qui s'installa rapidement et Helena en profita pour enfiler sa casquette, sortir son briquet qu'elle tenait dans sa main gauche ainsi que sa baguette dans sa main droite et commença à s'enfoncer dans la foret, sans un bruit..

____________________________

Lion Heart


SIGN BY ©ASAP

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Victoria Fireins


Parchemins : 1366
Date d'inscription : 31/07/2011
Age : 22
Localisation : Poudlard
Humeur : Versatile

Grimoire
Relations:

MessageSujet: Re: Le tournoi des quatre maisons   Dim 5 Fév - 11:32

    Durant toute la semaine précédant l'annonce du tournois, Victoria passa son temps à chercher deux objets qu'elle pourrait emmener avec elle. Le soir même, en compagnie de Scorpius, les deux serpentards passèrent leur nuit à parler du tournois et surtout à s'entraider pour se trouver des objets utiles. Dès le lendemain, la rouquine concocta une potion sensée rassasier et couper la faim grâce à seulement quelques goûtes. Cela lui serait surement très utile et elle n'aurait pas de quoi s'embêter à trouver à manger. Voila un problème en moins. Pour le second, Victoria hésita un long moment avant de se décider enfin la veille du tournois. Elle allait se coucher et tout en voulant ranger ses bijoux, elle tomba sur le collier d'Albus aux propriétés de chasser les mauvaises pensées. Elle ne l'avait pas mis depuis longtemps et en conclut rapidement qu'il lui serait très pratique en foret, au cas où si elle se retrouverait seule un long moment et qu'une dépression voudrait lui dire bonjour, au moins elle aurait le moral.

    C'était le jour J et en se réveillant la serpentard était mêlée par l'anxiété, l’excitation et l’appréhension à la fois. Elle avait rarement participé à des épreuves de ce genre, encore moins sur une longue durée. Pour son équipe, elle était plutôt satisfaite de ceux qui se trouvaient avec elle, excepté Steven mais ce n'était qu'un détail parmi tant d'autres. Tout en évitant de laisser le pessimisme la gagner, Victoria s'habilla pour le tournois dans la tenue convenue, contente qu'elle soit assez chaude même si elle ne l'était probablement pas suffisante pour les nuits glaciales qu'elle allait passer dans la foret interdite. Après avoir remonter ses cheveux roux à l'aide de sa pince porte bonheur qu'elle met durant les matchs de Quidditch (elle ne lui avait pas spécialement porté bonheur ces temps-ci vu que les serpentards ont perdus plusieurs de leurs matchs mais ça ne reste qu'un détail aussi)

    La rouquine ne tarda pas à se trouver devant la foret en compagnie des autres participants et des professeurs. Elle prit place en compagnie des verts et argents à coté de Scorpius et Millicent. Une boule se formait lentement dans son ventre, peut-être qu'en fait elle n'était pas prête? Alors que la directrice faisait son discours Victoria essayait tant bien que mal de calmer ses angoisses tout en paraissant calme. Manquerait plus que ses adversaires comprennent qu'elle n'était pas dans son assiette.

    - Alors, t'es prêt? Ça va changer de ton manoir! Fit-elle à Scorpius pour le taquiner tout en lui donnant un léger coup de coude.

    C'est le professeur de potions, Karen Ellsworth, qui accompagna Victoria à l'une des nombreuses entrées de la foret interdite. Après quelques minutes de marche où Mme Ellsworth donna quelques conseils sur l’utilisation de la potion qu'emportait Victoria, elles arrivèrent devant un drapeau vert et argent au numéro 17. Un regard à peine échangé, le canon retentit et Victoria n'eut même pas le temps de dire ouf qu'elle se retrouva plongée dans l'obscurité de la foret interdite. Elle commença par prendre ses repères tout en détaillant tout ce qui se trouvait autour d'elle mais c'était une tâche plus que difficile. Tous ces arbres lugubres se ressemblent tellement dans cette foret! Elle sortit son flacon de sa poche et déposa quelques goûtes sur sa langue. L'effet fut imédiat, le petite envie de faim qu'avait la serpentard disparue aussitôt et d'après ses calculs cela durerait un bon moment. Baguette à la main, Victoria était maintenant prête à explorer les abîmes de la foret interdite.

____________________________
... and in that moment, I swear we were infinite

Spoiler:
 


Dernière édition par Victoria Fireins le Dim 5 Fév - 20:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité


MessageSujet: Re: Le tournoi des quatre maisons   Dim 5 Fév - 14:31

Safe..
.

    Une semaine s'était écoulée depuis l'annonce du tournois des 4 maisons et la demoiselle angoissait de plus en plus. Elle ne s'était toujours pas décidée sur les deux objets qui l'aiderait pendant l'épreuve.. Allongée près de la cheminée de la salle commune des Gryffons, elle réfléchissait à un quelconque objet qui ferait l'affaire mais il y en avait tellement qu'elle n'en savait même plus l'utilité. Elle faisait donc l'inventaire et essayer tant bien que mal à trouver en quoi chacun lui serait utile lors du tournois. Cependant elle fut interrompu par Caleb, élève de sixième année, qui venait de passer le portrait de la Grosse Dame le sourire aux lèvres. - Miss Weasley est-elle prête pour le jour J? Dit-il en s'installant près d'elle. Étant un élève tout aussi brillant que la rouquine, voire plus, il lui conseilla quelques tactiques bien qu'il ne fut jamais confronté à ce genre de compétition. Il n'était jamais monté sur un balais mais toute aide était la bienvenue. Le brun tenta aussi de la rassurer, qu'il n'y avait rien à craindre dans la forêt interdite et que Gryffondor gagnerait haut la main. Non mais il croyait avoir Lily devant lui! Rose n'était pas une peureuse. Tout ce qu'elle craignait c'était les araignées. Logique. Qui n'avait pas peur de ces horreurs sur huit pattes!

    Lorsque onze heure sonna, le brun regagna le dortoir des garçons après avoir embrassé Rose sur la joue. Ça devait être sa manière à lui de lui souhaiter bonne chance.. Son regard se posa alors sur les lustres. Les lustres.. Mis à part sa baguette, il n'y aurait aucune autre source de lumière dans la forêt.. La jolie rousse se releva brusquement. Tellement brusquement qu'elle manqua de trébucher puis monta quatre à quatre les marches menant au dortoir des filles. La jeune fille se précipita vers sa table de chevet et y prit le déluminateur de son père. D'après ce qu'il lui avait dit de sa chasse aux Horcruxes, le briquet pourrait l'aider de la même manière qu'il l'avait fait pour que Ron retrouve Hermione et oncle Harry. A présent elle tournait en rond tout en actionnant plusieurs fois de suite l'éteignoir. L'inspiration était aux abonnés absent ce soir et avec la fatigue qui s'accumulait depuis le début de la semaine, la rouquine avait du mal à dénicher le dernier objet.


    Après plusieurs minutes, elle renversa sa malle sur le lit. Des plumes cassées, usagées, des livres, de vieux bouts de parchemins, des photos, des vêtements trop petits, sa robe de Quidditch de l'année dernière.. Tout s'entassait sur le lit, puis dans un coin de sa malle désormais vide il y avait la tente de grand-père Arthur. Un sourire satisfait se dessina alors sur le visage de la jeune fille. Elle avait ses deux objets. Le premier l'aiderait pendant la première partie de l'épreuve, le second permettrait aux rouges & or de ne pas mourir de froid.

    ..and sound
    .

    Quand les premiers rayons du soleil traversèrent la fenêtre de la chambre de la Gryffondor, la demoiselle sauta hors de son lit et enfila rapidement les vêtements probablement déposés pendant la nuit par un elfe de maison. Elle glissa ensuite dans sa poche le petit briquet ainsi que la tente. Elle releva ensuite ses cheveux flamboyant en un chignon et emporta avec elle l'écharpe que lui avait acheté Scorpius lors d'une sortie à Pré-au-Lard. Elle dévala le grand escalier de marbre. Rose marchait tellement vite qu'elle ne vit même pas venir Lorcan qui la percuta de plein fouet. A Poudlard, elle avait rarement l'occasion de lui parler mais quand les Weasley rendaient visite à Luna, elle adorait lui mettre une raclée au Quidditch. La tornade rousse lui adressa un sourire puis continua sa route sans même qu'il n'ait le temps de s'excuser.

    Une fois les grandes portes passées, elle avança jusqu'à la lisère du bois où tout les participants étaient regroupés. Accompagnée du professeur Troyer qui enseignait la métamorphose, elle prit place à côté d'Helena. Puis après un bref rappel des règles par la directrice, le professeur l'emmena jusqu'à un drapeau rouge portant le numéro 4. Il lui souhaita bonne chance et lui rappela qu'en cas de problème, elle pouvait abandonner. Le coup de canon retentit. Le tournois des 4 maisons était lancé.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Scorpius Malefoy


Parchemins : 1467
Date d'inscription : 23/07/2011
Age : 22
Localisation : Poudlard
Humeur : Blasé

Grimoire
Relations:

MessageSujet: Re: Le tournoi des quatre maisons   Dim 5 Fév - 16:53

    Une semaine était passé après l'annonce du tournoi des quatre maisons, l'excitation se ressentait dans tout le château, que ça soit les élèves, les professeurs et même les fantômes. Peeves s'était amusé à jeter des bombabouses sur chacun des participants du tournoi, ce qui avait réellement énervé la directrice. Scorpius avait réussi à échapper à cette attaque, et à vrai dire il était plus préoccupé à savoir quel objet prendre pour le tournoi qu'aux âneries d'un fantôme. Victoria et lui avaient discuté longuement sur le sujet, ils s'étaient même entraidé. D'ailleurs pour le confort des Serpentard, le blond avait décidé de prendre une tente que son père lui avait envoyé par hiboux. Il eut du mal à trouver le dernier objet à prendre, il fallait quelque chose d'utile et là lui vint à l'esprit un achat qu'il avait fait sur le chemin de traverse en début d'année, un couteau suisse magique.

    Le jour J Scorpius se leva assez tôt, le stress l'envahissait. Il savait qu'il allait devoir retrouver les autres Serpentard, et cela pouvait prendre un long moment. Et s'il ne les trouvaient pas ? Et si lui se perdait durant des jours et des jours ? Tant de question qui augmentait l'anxieté du garçon. Il s'habilla chaudement et pour se rassurer enfila une écharpe qui appartenait à Rose, celle des Harpies de holyhead. Scorpius mit son couteau suisse magique dans une poche et la tante qui a été réduite dans l'autre. Le blond était habillé chaudement, il avait enfilé un sweat à capuche et un pantalon bien épais, puis la touche finale le blouson noir avec l'écusson de sa maison. Une fois prêt il feuilleta quelques livres dont l'un d'eux avait pour titre " comment survivre dans un milieu hostile", au plus il lisait au plus le stress montait. Scorpius ferma le livre bruyamment jeta un oeil à l'heure et décida qu'il était temps pour lui de rejoindre la forêt interdite.

    A peine avait-il franchi les portes du château que le vent le frappa en plein visage, c'est sur il allait passer un tournoi épique ! Le blond s'avança vers l'orée de la forêt où presque tous les participants attendaient le début du tournoi. Scorpius se mit à côté de Victoria et de sa cousine Walburga. Sa meilleure amie ne peut s'empêcher de faire une remarque, Scorpius ne dit pas un mot mais se mit à rire et acquiesça.


    La directrice énnonça les règles mais le blond était tellement stressé qu'il n'écouta pas. Quand le professeur d'astronomie Mr Terrebellum lui tira le bras pour l'amener au lieu de départ le jeune homme sortit enfin de sa léthargie. Le professeur d'Astronomie lui expliqua bien entendu d'observer les étoiles la nuit pour l'aider, le Serpentard hochâ la tête heureusement qu'il avait relu ses cours il y a peu. Puis le professeur s'arrêta et il vit alors un drapeau portant le numéro 5 avec les couleurs de Serpentard. Le professeur allait prodiguer un dernier conseil à Scorpius mais ce dernier le coupa en lui disant de ne pas s'inquiéter, et l'instant d'après le coup de canon de départ retentit. Le jeu commence, pensa Scorpius. Et il pénétra de plus en plus dans la forêt à la recherche de ses camarades.


Dernière édition par Scorpius Malefoy le Dim 5 Fév - 20:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Neil Londubat


Parchemins : 1179
Date d'inscription : 27/07/2011
Age : 22
Localisation : Poudlard

Grimoire
Relations:

MessageSujet: Re: Le tournoi des quatre maisons   Dim 5 Fév - 20:15

    Durant la semaine qu'il leur restait avant le jour J, Neil avait passé son temps libre à chercher deux objets. Il lui vint rapidement l'idée d'emmener de l'essence de dictame. Il se dit qu'il pourrait peut-être prendre une tente, mais où la mettrai t-il ? Dans sa poche ? Impossible. Malgré l'aide de ses parents, de sa petite soeur et ses amis Serdaigle, il ne trouva aucun objet. Finalement, il se décida à ne prendre qu'un objet. Au pire, il verrait sur le moment, de toute façon, il n'avait pas tellement envie de gagner ce tournois. Ça lui était un peu égal. Le jeune homme avait l'esprit de compétition, mais préférait quand ce n'était pas en équipe.
    Le jour J arriva rapidement. Le matin, le jeune homme s'habilla avec un jean, des baskets, un t-shirt, un pull, un coupe vent avec le blason de Serdaigle et un manteau avec de la fausse fourrure sur les contours de la capuche. Il jeta un sort à sa tenu pour qu'elle lui tienne chaud et qu'elle résiste à presque tout. Il descendit de la tour des Serdaigle, essence de dictame en poche, baguette en main vers la forêt interdite. Il se plaça avec les autres concurrents devant la forêt. La directrice fit un petit discours, puis le jeune homme partit avec un des professeurs, son père en l’occurrence, Neville Londubat. Il l'emmena jusqu'à un drapeau bleu avec le chiffre 1 inscrit dessus.

    - Bonne chance fiston ! lui dit son père en lui tapotant le dos, tout sourire.
    - Merci papa ! fit Neil en souriant.
    Il se mit en position de départ, serra sa baguette, et, au coup de canon, il plongea en courant,tête baissé dans les profondeurs de la forêt interdite. Comme la première mission le demander, il devait retrouver les camarades de sa maison.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité


MessageSujet: Re: Le tournoi des quatre maisons   Dim 5 Fév - 20:38


    La semaine qui venait de se dérouler n'avait pas été tellement différente de la précédente, mise à part le fait que le tournoi des 4 maisons occupait tous les débats. Matin, midi et soir, chacun des élèves de Poudlard faisait son pronostic ou son commentaire. Tout le monde était excité par cette extraordinaire aventure à venir, tout le monde excepté une seule personne.
    Albus essayait doucement de se remettre à vivre, la vie continuait. C'est vrai. Malgré les souvenirs qui le hantaient chaque nuit dans son sommeil, malgré cette peur qui le pourchassait comme une rapide brise glacée, il savait qu'il n'était pas seul.
    Chaque matin de cette semaine là, une certaine brune l'attendait en bas des escaliers menant aux dortoirs. Ils se dirigeaient ensemble vers leur cours respectif et se retrouvaient pour chacun des repas et il arrivait même certaines fois qu'ils révisent ensemble. Toute cette routine quotidienne se passait pratiquement entièrement dans le silence. En fait, Helena avait tout de suite compris qu'il n'y avait besoin d'aucunes paroles pour faire comprendre au jeune Gryffondor qu'elle le comprenait. Par de simples regards, par de simples mouvements, chacun comprenait ce que l'autre ressentait. C'était là le signe de la grande amitié qui les unissait.
    Pendant toute la semaine, pleins d'imbéciles de sa maison ne cessait de lui poser mille et une questions sur le tournoi. Ils voulaient connaître les objets qu'il emporterait, s'assurer qu'il ferait tout pour gagner et plein d'autres choses qui n'intéressait guère Albus. Il les envoyait sèchement bouler en ne cachant pas son manque de motivation. Quelques fois on le lui reprocha, mais à chaque fois Miss Brighton était au aguet pour défendre son meilleur ami.
    En ce qui concernait les deux objets à emporter pendant le tournoi, Albus en avait déjà trouvé un: la cape d'invisibilité de son père qu'il avait toujours depuis le sauvetage d'Helena durant les dernières vacances. Pour le deuxième objet, il n'en avait tout bonnement aucune idée c'est pourquoi il envoya un hibou à ses parents dès le début de la semaine. Harry et Ginny débordait toujours d'idée et serait surement compréhensif quant au besoin d'aide de leur fils le lendemain du tragique évènement qu'avait touché ses voisins à Brighton.
    Le mercredi, une lettre était arrivée accompagnée d'un paquet signé de la main de Ginny. C'était un petit médaillon triangulaire en or qui pendouillait au bout d'une longue chaîne. Albus ne l'avait encore jamais vu et ce demandait bien quels propriétés il pouvait contenir.
    "Mon cher fils,
    voici un médaillon qui je l'espère t'aideras dans ton périple.
    Il me vient de mon grand père et je peux t'assurer qu'il m'a toujours été d'une grande aide dans les situations difficiles.
    Je t'embrasse.
    Ginny"

    Albus, légèrement confu, plaça le petit médaillon dans la poche de son pantalon et retourna à ses occupations.

    Le grand jour était enfin arrivé, le tournoi commençait dans moins d'une heure et Albus était toujours cloîtré dans son lit. Il entendit Helena hurlé son nom depuis la salle commune et décida finalement de se préparer. Il enfila rapidement les vêtements qu'ils avaient préparé et se munit de ses deux objets. Il descendit les escaliers en courant et malgré son retard, la jeune brune l'accueillit avec un sourire chaleureux.
    Arrivés à la risière de la forêt interdite, les deux amis durent se séparer et rejoindrent leur professeur accompagnant. Celui d'Albus était Hagrid, à sa grande joie. Il fut très encourageant et ne cessa de lui donner tout un tas d'excellents conseils sur les dangers de la forêt interdite. Arrivé au drapeau portant le numéro 3, le rouge et or sut qu'ils devraient se séparer ici. Un gros bruit retentit et fit écho dans toute la forêt. C'était l'heure, le tournoi commençait.
    Poussé par une légère montée d'adrénaline, Albus s'élança dans les sombres ténèbres de la forêt.

Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité


MessageSujet: Re: Le tournoi des quatre maisons   Mar 7 Fév - 21:17

    Piper faisait partie des candidats pour le tournois des quatre maisons. Elle était très excitée et souhaiter à tout prix voir Gryffondor gagner. Le soir même, après le banquet, elle partit dans son dortoir et commença à chercher les deux objets qu'elle allait prendre pour les épreuves. Dès la minute où elle fut appelée, elle savait qu'elle allait prendre ses baskets volante. C'était des chaussures de ce qu'il y a de plus normal, mis à part qu'elles avaient le don de voler. Elle pouvait attendre 30 km/h, et voler très très haut. Elle les trouva au fond de sa valise et les posa sur son lit à baldaquin. Ensuite, elle essaya de trouver un second objets, son regard se posa sur un poignard en argent magique qui appartenait à sa mère, il avait la particularité de pouvoir trancher n'importe quoi. La jeune fille le posa lui aussi sur son lit. Voilà, elle avait fait son choix. Par contre, pour la nourriture, elle ne savait pas comment elle ferait. Au pire, elle verrait sur le moment. Piper prit une lettre et une plume. Elle écrivit à sa tante et son père qu'elle faisait partie des candidats pour le tournois. Quand elle eut finit, elle siffla, et par la fenêtre, son hibou personnelle arriva, elle lui donna la lettre, un miam hibou, lui caressa la tête puis le regarda s'envoler au loin.
    La semaine qui passa se déroula sans encombre pour la rouge et or. Elle était très enthousiaste par rapport aux tournois. La Gryffondor n'était point stressé ou inquiète. Elle était très confiante. Lorsque le jour du tournois arriva, la jeune fille enfila une tenue des plus chaude possible. En effet, elle revêtit un gros pull, un coupe vent aux couleur de sa maison, sa cape, des gants, une écharpe aux couleur de Gryffondor, un bonnet, un jean et ses chaussures magique. Elle mit dans la poche de sa cape sa baguette et son poignard, puis descendit vers la forêt interdite. Là bas, la directrice fit un petit discours puis ils se dirigèrent avec un professeur vers différent endroits de la forêt. Piper se retrouva avec le professeur Trelawney qui l'emmena vers un drapeau rouge avec le chiffre 1. Durant le trajet la voyante lui prédit plusieurs choses.

    - Je vois, je vois que... vous allez périr durant ce tournois... dans d'atroces souffrances... faite bien attention à vous jeune fille... dit Trelawney de sa fausse voix d'outre tombe.
    - Ouais ouais si vous le dite, fit Piper en haussant les épaules.
    Le professeur allait continuer mais au même moment un coup de canon retentit ce qui fit sursauter cette dernière, et Piper partit baguette en main dans les entrailles de la forêt.
Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité


MessageSujet: Re: Le tournoi des quatre maisons   Lun 13 Fév - 20:00

Blablabla blah blablah !
►en cours d'écriture .
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Emily Dubois


Parchemins : 507
Date d'inscription : 10/09/2011
Age : 23
Localisation : Hogwarts

Grimoire
Relations:

MessageSujet: Re: Le tournoi des quatre maisons   Mar 21 Fév - 19:30

    La semaine passa lentement. Très lentement. Emily n’avait jamais été aussi impatiente pour quoique soit, et l’annonce d’un tournoi entre maisons avait réveillé son instinct de compétition, d’autant plus qu’elle faisait partie des cinq représentants de Gryffondor. Chaque jour, elle réfléchissait aux stratégies qu’elle adopterait une fois seule dans la forêt, mais aussi aux deux objets qu’elle pourrait emporter avec elle. Et c’était bien ça son problème, elle avait beau réfléchir, la rousse ne savait pas quoi prendre, car avec sa baguette, elle était assurée de combler ses besoins vitaux. En effet Emily connaissait un bon nombre de sortilèges et de moyens pour se protéger face aux dangers. Non, ce qu’il lui fallait, c’était quelque chose qui l’aiderait à retrouver ses camarades rapidement, car une fois réunis, ils auront leur chance de gagner. La Gryffondor avait beau se creuser la cervelle, elle ne trouvait aucune solution à son problème- chose qui lui était plutôt inconnu dès lors – de ce fait, elle demanda conseil auprès de ses parents. Sa démarche ne fut pas inutile, deux jours avant le début du tournoi, sa chouette couleur chocolat lui apporta un petit colis accompagné d’une lettre. Emily s’empressa de lire cette-dernière. Elle reconnut l’écriture fine de son père et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle était très claire :
    "Ceci pourrait t’être utile, prends-en soin. Je t’embrasse, Papa."
    Bien que surprise, Emily entreprit d’ouvrir le paquet doucement. Ce qui se trouva à l’intérieur la laissa perplexe. Elle connaissait bien cet objet, mais la rousse ignorait que son père possédait une de ces raretés. En y repensant bien, la seule fois où elle avait vu un scrutoscope de stade deux remontait à bien longtemps. Ce dernier ne ressemble presque en rien à un scrutoscope normal, car bien qu’il puisse lui aussi détecter les ennemis, son but principal est clairement de renseigner son possesseur sur l’endroit de ses désirs. Ainsi, si Emily désirait savoir où se trouve une personne en particulier, le scrutoscope de stade deux lui indiquerait tel un radar la bonne direction. La jeune femme continua d’observer l’objet, toujours abasourdie. Comment son père pouvait-il avoir un objet qui n’existe qu’en sept exemplaires et qui se trouve sous la protection du Ministère de la Magie ?
    Emily continua de se poser la question lorsqu’un autre hibou fit son entrée. C’était un hibou grand duc qui semblait fatigué du voyage. La rousse s’approcha de lui, détacha la lettre qui se trouvait à une de ses pattes, et lui donna un miam-hibou. Ravi, ce dernier s’envola aussi vite qu’il était venu. Elle défit le bout de papier enroulé sur lui-même, et le lut avec attention. Le destinataire n’était autre que Lyra. Les deux jeunes femmes ne communiquaient que par hiboux dans l’enceinte de Poudlard.

    «Tu devrais prendre une fiole de Felix Felicis pour le tournoi, ça pourrait vous être utile, et je sais que tu maîtrises la confection de la potion, fais-moi confiance. L. »
    D’abord sceptique, Emily posa la lettre sur son lit, et reprit sa contemplation du scrutoscope de stade deux. Ce n’est qu’une fois dans son lit qu’elle se souvint d’où lui venait sa connaissance de l’objet. Sa tante, qui travaillait en tant qu’Auror, en possédait un avant qu’elle se fasse tuer. Emily n’avait que 7 ans lorsque sa tante lui avait expliqué à elle et à sa cousine, le dessein de l’objet. Désormais, elle se rappela ses paroles avec clarté.
    « Ne vous méfiez pas à sa taille, ça reste un objet rare et puissant. Il est très utile à la capture des mages noirs, et seuls les Aurors sur une enquête importante peuvent l’utiliser. Toutefois, il est très difficile à manier, et il est absolument inutile lorsqu’on n’arrive pas à l’apprivoiser. Il n’y pas à dire, on dirait qu’il choisit ses maîtres. C’est un objet qui reste encore très inconnu dans le monde magique. Oh ! Et il est très facile de le détruire, le savoir-faire des Gobelins ne fait pas tout parfois…».
    Ainsi Mrs Dubois avait dû le récupérer après la mort de sa sœur. Toutefois, des millions de questions continuaient d’embrouiller l’esprit d’Emily, ce qui lui valut une nuit des plus agitées.


    Le lendemain, la proposition de Lyra ne lui parut plus aussi étrange qu’elle lui semblait la veille. Qui n’aurait pas besoin d’un peu de chance dans ce tournoi ?
    Décidée, Emily ouvrit sa malle et en ressortit quelques fioles qu’elle avait concocté il y a un moment déjà. Polynectar, potion de ratatinage, potion d’Amnésie, Amortensia, potion contre les furoncles…Felix Felicis ! Le professeur des potions lui avait appris à en faire dans un de ses cours ‘pour élèves avancés‘. Désastreux au début, ses derniers résultats étaient satisfaisants. Toutefois, elle prit la fiole que le professeur Ellstworth lui avait donné en exemple, c’était plus sûr, qui sait si ses essais n’étaient pas toxiques !
    Emily prit la fiole et la déposa délicatement sur son lit à côté du scrutoscope de stade deux. Elle avait maintenant ses deux objets. Une bonne chose de faite.
    Le reste de la journée, la Gryffondor s’entraina à utiliser le scrutoscope en se concentrant sur des vœux mineurs, pour voir si l’objet lui obéissait. D’abord réticent, l’objet finit par lui obéir au doigt et à l’œil, ce qui la rassura. Elle était fin prête pour le jour J : le scrutoscope l’aiderait à retrouver ses camarades, et la potion leur sera certainement utile lors de la seconde partie du tournoi.


    Quand Emily se dirigea vers le parc, tout le château était en ébullition. Sur son chemin, elle reçut des conseils multiples de la part des ses camarades de Gryffondor. Les plus intéressants d’entre eux étaient du style ‘Reste en vie’ ou encore ‘Gagne’, ce qui arracha un sourire à la jeune femme.
    La directrice rappela les règles de dernières minutes, puis très vite, Emily se retrouva en compagnie de son professeur d’Arithmancie. Elle le suivit en silence, jusqu’à ce qu’il s’arrête à un drapeau rouge marqué du numéro 5.

    ‘Bonne chance Miss Dubois, faites en sorte de gagner, j’ai parié sur Gryffondor’, lui dit son professeur d’un air rêveur.
    Un bruit de canon annonçant le début du tournoi retentit, et encore plus vite qu’elle ne l’aurait cru, Emily se retrouva seule dans la forêt, avec comme unique source de lumière, le bout de sa baguette.

    C’est parti’, chuchota-t-elle.
    Lentement, elle s’enfonça un peu plus dans la forêt sans un bruit.





Dernière édition par Emily Dubois le Sam 10 Mar - 13:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Steven V. Krum


Parchemins : 566
Date d'inscription : 30/07/2011
Age : 22
Localisation : Poudlard

Grimoire
Relations:

MessageSujet: Re: Le tournoi des quatre maisons   Mer 22 Fév - 21:15

We can never go home, We no longer have one


    Une semaine. C’était le délais qui était donné aux participants afin de trouver leurs deux objets et de se préparer au mieux à l’épreuve qui les attendait. Steven s’était ménagé. Il savait que le tournois serait éprouvant et mettrai toutes les capacités des participants à dure épreuve. Le brun appréhendait surtout tout ce qui n’était pas physique. Il savait qu’il ne craignait rien sur le plan sportif, ou encore sur le mental, mais toute la psychologie de la chose le tourmentait. Les gens changent dans les épreuves, et celle qui l’attendait était surement l’une des plus importante de sa vie. C’était précisément ça qui terrifiait le jeune homme. Car oui, au fond de lui, il était terrifié. Certes, cela ne se voyait pas lorsqu’il arpentait les couloirs, le regard froid, le visage dur, la tête se tournant parfois vers les élèves trop bruyants à son gout, ou encore lorsqu’il préparait un mauvais coup avec son acolyte Heath. Tout en Steven était caché. Toutes ses émotions, ses ressentis, il ne laissait rien paraitre.

    Il avait donc fêté comme il se devait sa nomination avec les autres dans la salle commune, puis s’était retourné vers la tranquillité du dortoir afin de réfléchir, seul. Il en avait fait de même pour le jour qui vint après l‘annonce, celui d‘encore après, puis ainsi le reste de la semaine. Il devait réfléchir aux deux objets qu’il apporterai dans son périple.
    L’idée d’apporter la veste de fourrure bulgare de son père était venue à l’esprit du jeune homme dès le second jour, vers le milieu de l‘après midi. La neige recommençait à tomber doucement et le jeune homme s’était allongé sur le dos entre ses nombreux coussins verts et argents, sur les épaisses et moelleuses couvertures de son lit à baldaquin. C’était justement cette neige qui avait fait germé l’idée du manteau dans la tête du beau brun. Comment vaincre le froid dans cette forêt glaciale ? C’était ce même manteau que son père avait jadis porté lors du tournois des trois sorciers qui l’avait confronté à Fleur Delacour, Harry Potter et au défunt Cédric Diggory. De plus, les capacités magiques du vêtements étaient hors paires. La chaleur s’emparait immédiatement de quiconque le mettait sur ses épaules, mais elle ne réchauffait pas seulement le corps, mais aussi l’esprit. La pensée de son père durcit les traits de Krum. Il porta la main à sa poitrine et tâtonna la feuille de papier repliée qui était sensible sous son pull. Il la gardait toujours sur lui, comme un talisman, espérant un jour arriver à déchiffrer le message de son père. Oui, il y avait obligatoirement un message caché.
    Le cinquième jour, alors que le jeune homme cherchait activement son second objet, sa chouette couleur d’ambre vint le trouver dans la grande salle, lors de son heure d’étude du matin. Elle voleta vers lui, d’un coup d’aile gracieux, et se posa sur le haut de son livre, appuyé contre un verre de jus de citrouille. Elle tendit vers lui une patte griffue, au bout de laquelle était accrochée une lettre, plus lourde que la normale. Le jeune homme attrapa la lettre, donna un Miamhibou au beau volatile qui reparti gaiment vers le plafond, contente d’avoir rempli sa mission auprès son protecteur. Steven décrocha l’attache de l’enveloppe et attrapa la lettre à l’intérieur. Un anneau d’un or blanc tomba alors sur son parchemin, roulant sur lui-même. Le brun posa la lettre et attrapa le bijou, sa curiosité piquée au vif. Il tourna le nouvel arrivant entre son index et son pouce en le regardant d’un œil interrogateur, comme si il allait lui-même lui donner une réponse. Il glissa son annulaire droit à l’intérieur de l’anneau et sa main fut soudain comme chauffée à blanc. La chaleur se dispersa sur tout son bras puis atteint sa poitrine. Le jeune homme fut dans un premier temps surpris puis secoua sa main avec véhémence, la chaleur étant de plus en plus insupportable. Le banc sur lequel il était assis glissa en arrière et il se leva, tenant son coude avec sa main gauche et secouant sa main droite avec de plus en plus d’ardeur, ne faisant attention au bruit qu’il faisait et aux regards qui se tournaient vers lui. La chaleur le prenait aux épaules et il eut l’impression d’être lui-même prit dans un anneau bouillant, le serrant des coudes aux épaules, lui écrasant la poitrine. Heath s’était à demi levé, les sourcils froncés, ne sachant si il devait aider son ami ou appeler quelqu’un. Le brun perdait patience et souffrait réellement maintenant. Il serrait les dents et s’évertuait à enlever le maudit bijou de son doigt avec force de grognements.
    Puis, d’un coup d’un seul, l’anneau vola enfin et alla s’écrasait contre le livre qui avait servit un peu plus tôt de perchoir à la chouette du vert et argent. C’est essoufflé que le jeune homme se rendit compte qu’il était debout, au milieu de l’allée gauche de la Grande Salle, et attirait à lui tous les regards des curieux. Son doigt et son bras était encore chauds et semblait avoir été plongés dans un métal liquide. Des traces de brulure s’éparpillaient çà et là sur sa peau, et firent comprendre au Serpentard qu’il devrait se rendre à l’infirmerie soigner ça. Il regarda Heath, les sourcils froncés d’incompréhension, et retourna s’assoir, bien décidé à comprendre ce qu’il venait de se passer. Il gratifia son meilleur ami d’un coup d’œil rassurant et attrapa enfin la lettre, non sans avoir lancé un regard haineux à l’anneau qui semblait briller d’un éclat plus blanc encore que lorsque le brun l’avait découvert. Il déplia la lettre de façon assez maladroite et entama sa lecture.



« Mon chéri,

Tout d’abord, félicitation pour ta nomination au Tournois des Quatre Maisons ! Nous sommes tous très fiers de toi, et je suis certaine que ton père aurait été aux anges. Tu comptais beaucoup pour lui, et tes diverses nominations le rendaient fou de joie.
L’incident des vacances d’Halloween est oublié, je tiens à te rassurer là-dessus, ta grand-mère ne t’en tiendra pas rigueur. Je n’ai par contre pas réussis à savoir ce que pensais père, mais je suis sure qu’il ne t’en veut pas. Tu es leur petit fils après tout, tu porte leur sang.
J’ai entendu dire (notamment par Fleur), que vous autres participants aviez droit à prendre deux objets avec vous. J’ai donc immédiatement pensé à l’Anneau de mon grand-père. Je l’ai glissé dans l’enveloppe, mais je te conseille de ne pas le porter sans avoir lu ces quelques instructions : ceci est un Anneau de l’or blanc le plus pur, forgé par les gobelins eux même. Il est dans la famille depuis des générations et des générations, et possède donc un pouvoir amplifié au fil des années. C’est un Anneau de protection. Lorsque tu le passera à ton doigt, tu sera immunisé de la plupart des sorts, et même de la magie noire. Cependant, veille à ne pas le porter trop longtemps, car pour te protéger, l’Anneau utilise ton énergie vitale. Je te conseille donc de ne le porter que deux heures d’affilées, au maximum, car sinon, tu risque de tomber dans le coma, et de ne plus jamais en sortir.
Pour le passer à ton doigt, il y a une manière de faire très précise, et ce est fait pour que seuls les membres de la famille puissent le porter. Lorsque tu tiens l’Anneau devant toi, souffles-y dessus, en exerçant une légère pression sur les côtés que tu tiens. Un fin liseré de couleur doit apparaitre tout autour du bijou. Le pouvoir est activé, tu peux le porter en toute sécurité. Sache aussi que la couleur qui apparait est la couleur qui te représente. Pour ma part, le liseré qui se dessine est composé d’améthystes.
J’ose espérer qu’il te sera d’une grande aide mon fils, car je suis de tout cœur derrière toi. N’hésite pas à m’écrire avant de partir dans la forêt, tu me diras de cette façon quel second objet as-tu choisi.
J’espère t’avoir aidé, je t’embrasse,
Gabrielle. »



    Le jeune homme, au fil de la lettre, fronçait les sourcils, souriait, ou jetait un coup d’œil à l’Anneau. Parler de son père n’était pas une chose facile pour le jeune homme et sa disparition était encore trop récente pour le vert et argent. L’évocation de « l’incident » d’Halloween faillit lui arracher un rire, mais il se retint, se contentant de secouer la tête en poussant un soupir. Il n’avait que faire de savoir si ses grands-parents lui avaient « pardonné » sa conduite.
    Lorsque sa mère lui expliqua les vertus de l’Anneau et son fonctionnement, une vague de reconnaissance s’empara de Steven. Sa mère lui fournissait l’objet qui lui manquait, et ce n’était pas une mince aide. Il avait déjà entendu parlé de cet objet lors des réunions de famille, mais il se souvenait surtout que tout le monde en parlait comme d’un objet perdu. Sa mère avait donc du le retrouver étant petite et l’avait gardait pour elle.
    Il essaya alors d’enfiler le bijou en suivant les instructions de sa génitrice et soupira de soulagement lorsque le liseré d’un émeraude étincelant apparut à sa surface. Le vert des Serpentards. Il fit glisser l’Anneau autour de son doigt et sentit à nouveau une chaleur remonter son bras, mais cette fois ci, elle était agréable, douce, protectrice. C’était comme si le beau brun plongeait son bras dans un bon bain chaud. La sensation se propagea dans tout son corps, plus vite que la brulure qui avait faillit le consumer un peu plus tôt. Il se sentit alors comme invincible, un souffle de puissance montait en lui, et il sut alors qu’il ne craignait plus rien. Cependant, il sentait qu’il s’essoufflait, très, très lentement, certes, mais il sut que c’était l’effet négatif de l’Anneau. Qu’il pompait son énergie, de façon presque imperceptible.
    Le brun enleva le bijou de son doigt, et le liseré d’émeraude disparut aussitôt. Il attrapa la chainette d’argent qui gisait au fond de l’enveloppe et y fit glisser l’Anneau, puis la passe autour de son coup. Le pendentif tombait maintenant entre ses deux pectoraux, et il le fit disparaitre sous son pull, où il serait en toute sécurité.


Our blood is cold, And we're alone



    Le matin du grand jour, Steven se réveilla tôt. Tout au long de la semaine, il s’était entrainé, à l’aide de son meilleur ami, afin d’appréhender l’épreuve dans les meilleures conditions. Il avait passé sa dernière soirée à se délasser dans la salle de bain des préfets, une salle emplie de souvenirs pour le beau brun. Il avait pris un bon bain, s’était préparé mentalement et s’était reposé. Il était fin prêt pour le tournois.
    C’est donc aux aurores que le brun posa un pied hors de son lit, totalement éveillé. Il s’habilla en vitesse, enfilant un jogging de couleur anthracite et un sweat à capuche vert portant l‘écusson de sa maison sur la poitrine. Il attrapa son manteau en fourrure, palpa l’anneau qui pendait à son coup, respira un bon coup et remonta dans sa salle commune en silence. Il supposait que seuls les participants devaient être déjà debout et il se demanda si il allait en croiser quelques uns.
    Une heure passa, où il finissait de se préparer. Et si il n’arrivait pas à retrouver ses coéquipiers ? Si il tardait trop à trouver un de ses acolytes et qu’il se faisait disqualifier ? Non. Cela ne se passerait pas comme ça, et Steven chassait les doutes d’un revers de la tête. Il se dirigeait vers la grande salle lorsque le château commençait à s’éveiller. Il avala rapidement son petit déjeuné, sentant à peine la boule qui se formait progressivement dans son ventre. C’était comme si il s’apprêtait à jouer un grand match. Il termina rapidement son repas, donna la lettre adressée à sa mère lorsque sa chouette vint à lui puis se leva, bien décidé à éviter les regards et les interrogations.
    Le Serpentard se dirigea vers les grandes portes du hall et sortit dans la fraicheur du parc. Le vent était glacial et semblait couper les joues du brun. C’était comme si le souffle de l’air emportait avec lui des millions de particules de glaces. Il enfila alors on manteau de fourrure et se sentit immédiatement mieux. C’était une sensation étrange, comme si, par une torride journée d’été, il se prélassait dévêtu au soleil. La sensation de bien être se propagea sur tout son corps, lui réchauffant les doigts et les orteils. Non seulement la chaleur était agréable, mais elle était surtout réparatrice. Tout doute et tout questionnement quittèrent l’esprit du beau brun, comme soufflés par une vague de bien être. La boule qui s’était formée dans le ventre du brun disparu et il commença à e diriger vers la foret, les mains enfoncées dans ses poches, un sourire confiant sur les lèvres.

    La foule se pressait afin de voir les participants une dernière fois en chair et en os avant de les laisser partir dans la foret et d’épier leurs moindres gestes via les retransmissions. Le ténébreux vert et argent se posta directement en face de sa directrice de maison, madame Poudnizva, qui était chargée de l’escorter jusqu’à son drapeau.


    - Vous êtes prrret Monsieurrr Krrrum ?

    La voix trainante et glaciale de sa directrice réussi presque à refroidir le brun, bien au chaud dans sa fourrure. L’accent de la femme lui rappela immédiatement son père et le visage du Serpentard se ferma. Pour lui, il gagnerai.

    - Oui, nous pouvons y aller, Professeur, répondit le brun après avoir soufflé un coup.

    La grande et élégant blonde qu’était sa professeure de Sortilèges lui jeta un sort qui lui banda les yeux et l’amena jusqu’à son drapeau aux couleurs de sa maison. Le bruit de la foule s’était estompé au il entendait autour de lui des bruits, au fur et à mesure qu’ils s’enfonçaient dans le bois. Les professeurs étaient tous partis en même temps, après avoir laissé le temps à leurs élèves d’écouter les instructions de la directrice. Ils bifurquèrent sur la droite et Steven sentit le couvert des arbres les quitter. Ils venaient de sortir de la forêt par son côté droit. Le brun ne s’était jamais aventuré aussi loin dans les bois, pourtant ce n’était pas ses escapades nocturnes qui l’en avaient empêché. Fedora Poudnizva était une femme calme et autoritaire, qui inspirait peu la sympathie. Pourtant, le Serpentard l’appréciait. Elle leur faisait des cours passionnant et préférait la pratique à la théorie. C’est pour cette raison que la quadragénaire lui donnait des conseils en matière de sortilèges.


    - N’oubliez pas Krrrum, le sorrrtilège de la Boussole, il vous serrra d’une grrrande aide, c’est cerrrtain. Vous souvenez-vous du mouvement et le l’incantation ? Demanda-t-elle en guidant le brun dans un virage en l’attrapant par le bras.
    - Oui, je m’en souvient, commença le vert et argent en attrapant sa baguette, le signe de l’infini, puis on abaisse, récita-t-il en mimant son geste.
    - Bien, je suis fièrrre de vous Krrrum. Nous y sommes, ajouta-t-elle en levant le sortilège qui obstruait la vue du brun. Au coup de canon, je parrrtirrrai, et l’éprrreuve commencerrra.

    Steven acquiesça et attendit en silence. Il se remémora tout ce qui pourrait lui être utilise, posa une nouvelle fois la main sur l’Anneau donc la forme était perceptible sous son sweat et regarda la bois qui s’ouvrait devant eux. Il observa son environnement et se rendit compte qu’ils étaient dans une alcôve de terre verte qui formait comme un dôme au dessus d’eux. La falaise contre laquelle ils se tenaient avait donc été creusée exprès pour les accueillir. Le drapeau flottait dans l’air avec vigueur, suivant les humeurs du vent, luisant de son éclat vert et argent. Le serpent dessiné en son milieu semblait se mouvoir au grès des rafales, et le ténébreux Serpentard en fut hypnotisé. Un coup de canon le sortit alors de sa torpeur et il lança un dernier regard à son accompagnatrice.

    - Bonne chance Krrrum, que le meilleurrr gagne.

    Sur ces mots, la blonde disparue dans un éclat d’étoiles argentés. Le brun n’eut pas le temps de plus s’interroger sur cette disparition qu’il se tourna vers la lisère de la foret, poussa un long soupir et s’avança entre les arbres menaçants.

____________________________
→ Steven Krum« Still wanna be corrupted. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Millicent Bole


Parchemins : 353
Date d'inscription : 24/07/2011
Age : 20
Localisation : Poudlard

Grimoire
Relations:

MessageSujet: Re: Le tournoi des quatre maisons   Dim 26 Fév - 15:13

    Tout était paisible, il n’y avait pas un seul bruit dans la chambre. Tout en profitant de ces derniers instants de calme, une élève se réveillait dans son grand lit. Celui-ci allait bien lui manquer, car les prochains jours qui allaient suivre se passeraient … dans la forêt, avec des dangers partout, des élèves prêt à faire du mal a n’importe qui pour pouvoir gagner un stupide tournois.

    Oui le tournoi des quatre maisons allait commencer dans quelques heures. Millicent en faisait partit. Malheureusement. Son père avait pourtant contacté l’école pour annulé sa participation pour que la jeune fille ne se consacre qu’a ces études mais rien à y faire. Le sort était jeté et elle allait devoir se débrouiller seule. Surement plus seule que la plus part des élèves participant au tournoi puisqu’elle, n’avait plus tellement de contacts avec ses amis. Cela faisait plus d’un mois qu’elle n’avait pas eu une vraie conversation avec son amie Victoria, mis à part lors de l’annonce du tournois, dans la grande salle. Elle appréhendait un peu ce moment. La blonde s’avait qu’elle allait croiser nombreux de ses camarades dans la forêt. Mais la vraie question était, comment allait-elle faire pour se défendre ? Elle n’oserait surement pas attaquer les élèves. Elle avait beau se montrer comme une dure, elle n’en était en réalité pas une.

    Après plusieurs minutes dans son lit, Millicent sortit de celui-ci puis se dirigea vers la salle de bain, ou elle y prit une douche, surement la dernière avant longtemps. Ensuite, elle jeta un coup d’œil à la pile de vêtement qu’elle allait devoir porté : un tee-shirt noir simple, parfait pour ne pas se faire repérer. Un jean normal, elle n’avait que ça mise à part sa jupe qu’elle mettait en cours. Comme chaussures elle choisit un pair de tennis. Un veste aux couleurs de sa maison était obliogatoire. Après avoir enfilé sa tenue, elle se dirigea vers son armoire ou elle y avait rangé les deux objets autorisés lors du tournoi. Le premier était un stupide scrutoscope qu’elle avait acheté à Pré-au-lard, au cours de sa troisième année. La serpentard s’était toujours demandé si cet objet marchait vraiment. Ce stupide objet ne pourrait faire de mal à personne, à par se mettre à siffler d’un coup. A cour d’idée, le seule objet qui lui était venu à l’idée et auquel elle était beaucoup attaché était le bracelet que lui avait offert son jeune frère Josh. Il avait fait tellement d’économie pour lui offrir qu’elle ne s’en était jamais séparer.

    Motivé, enfin forcé d’être motivé, Millicent se rendit dans la grande salle, pris quelques gâteaux pour les manger sur le chemin de la forêt, ou elle devait y retrouver tous les élèves. Le temps était plutôt gris, il faisait froid, les flocons de neige et le vent allaient tout compliquer. Quel idée de faire un tournoi en plein hiver !
    « Je serai surement morte de froid en moins d’une heure » se dit Millicent, déjà désemparer. La jeune fille se plaça non loin des élèves de sa maison : Victoria et Scorpius discutaient ensemble, Krum jouait encore les grand gaillard et ce pavanait comme un débile. Elle ne savait pas comment se comporter… devait-elle aller vers ses soit disant amis, ou rester là à attendre le moment fatidique ? La deuxième lui paraissait raisonnable. De toute manière que pouvait-elle aller dire aux autres ? Rien.

    Lorsque la directrice arriva, chacun des élèves présents s’arrêta de parler. Millicent s’avança à côté de Victoria puis écouta le discours. Suite à celui-ci, la jeune fille blonde se dirigea, accompagné de son professeur atitré, à la lisière de la forêt. […] Le coup de canon retentit et tout fut noir.

    Millicent Bole se retrouva dans la forêt, plus seule que jamais, livré à son propre sort.


Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Le tournoi des quatre maisons   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le tournoi des quatre maisons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Élèves des Quatre Maisons
» La coupe des Quatre Maisons
» La Coupe des Quatre Maisons
» Coupe des Quatre Maisons - 15ème saison
» Contexte # Rappel sur les quatre maisons

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Revival :: Outside the Castle :: Le Tournois des 4 Maisons-