Poudlard Revival
Cher nouvel élève,
Nous avons le plaisir de vous informer que vous bénéficiez d'ores et déjà d'une inscription sur Poudlard revival. Si des questions vous passent par la tête d'ici là, nous répondrons à votre hibou avec plaisir. Il est par ailleurs nécessaire que je vous prévienne que vous rencontrerez beaucoup de monde au fil du temps mais faites attention à vos fréquentations..

Veuillez croire, en l'expression de nos sentiments distingués.
Minerva McGonagall, directrice.



 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 I always say, we should be together (ft.Lorcan - futur alternatif)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
❝ Invité ❞
Invité


MessageSujet: I always say, we should be together (ft.Lorcan - futur alternatif)   Ven 27 Avr - 13:04

« We can raise a little family »


    - A ce soir, chéri. Sois gentil avec la maîtresse. Un bisou sur le front de sa progéniture et Rose sortit de l’école moldue. De l’extérieur, ses yeux se posèrent sur le petit garçon brun occupé à installer un jeu de construction en bois. Rapidement, un autre garçon de son âge tenta de lui arracher la boîte mais Robin, déjà précoce à six ans, renchérit en le poussant à terre avant de reprendre ce qui lui appartenait. Un sourire se dessina sur les lèvres de la jeune femme alors qu’elle ne put s’empêcher de penser à son frère, à son âge. Ne manquait plus que le petit Dragonneau fasse exploser un pot de colle sur son pire ennemi et la ressemblance serait complète.
    Emmitouflée dans son manteau, Rose Dragonneau déambulait dans le quartier résidentiel de Londres sans but particulier. Son regard s’attardait sur de ravissantes demeures qui pouvaient aisément faire concurrence à la sienne, des jardins dont l’herbe était coupée au millimètre près. Un soupir à fendre l’air se fit ressentir au milieu de la rue et, pour toute réaction, la rousse finit par mettre ses mains dans les poches de son manteau. Ses talons résonnaient bruyamment sur le trottoir et les quelques passants qui la croisaient se retournaient, intrigués par cette rousse qui semblait un peu trop pressée pour une ville aussi calme.
    *

    Un bruit sec retentit contre l’immense fenêtre du salon. Pour autant, la silhouette rousse ne daigna point se lever. Jambes croisées, un exemplaire de la Gazette du Sorcier entre ses mains, elle ne semblait pas concernée par le petit dérangement matinal d’un hibou. Le courrier, certainement.
    - Une lettre pour maîtresse , couina l’elfe de maison des Dragonneau tandis que l’être tendait d’une main nerveuse le courrier. Les yeux de la belle quittèrent momentanément l’article qu’elle lisait attentivement pour se concentrer sur le message qu’elle prit délicatement, veillant à remercier son tendre et fidèle Beetee. Un minimum de politesse ne faisait pas de mal envers ces petites créatures qui réalisaient nuits et jours ses désirs sans broncher. Intriguée par la lettre , la jeune femme l'ouvrit avec précaution. Rien qu’à en juger la qualité du parchemin et de la fine écriture qui l’ornait, Rose sut immédiatement qui en était l’expéditeur. Sur le devant de la lettre on pouvait y lire:
    Mlle L. Dragonneau
    6. Dowing street
    Londres, Royaume-Uni

    Un sourire se dessina sur les lèvres de la jolie rousse. Elle se souvenait de son entrée à Poudlard comme si c'était la veille. Aujourd'hui, c'était au tour de sa fille ainée d'étudier dans la célèbre école de magie. Lisa lui ressemblait trait pour trait mis à part le caractère qu'elle avait hérité de son père. Cela faisait 11 ans. Onze ans qu’ils étaient mariés, onze ans qu’elle avait donné naissance à Lisa. Elle posa la lettre sur la table basse, puis reporta son attention sur la Gazette. En première page se trouvait un bref aperçu du contenu du prochain livre de Rita Skeeter. Une interview de son oncle Harry, toujours aussi célèbre après tant d'années, il y avait même une interview de Scorpius Malefoy. D'après les dires de l'article, l'héritier Malefoy s'était lancé dans une carrière de médicomage et venait d'adopter. Cela faisait bien une dizaine d'année qu'elle l'avait croisé. La petite devait avoir plus ou moins le même âge que le benjamin de la famille Dragonneau. Par conséquent, elle le reverrait sur la voie 9 3/4 tôt ou tard. Rose se demandait si sa vie aurait été différente avec le blond. Si leur relation aurait aboutie à quelque chose. Quand bien même la réponse aurait été oui, elle ne savait même pas si un jour elle l'avait aimé autant que Lorcan.

    L'article ne disait rien de plus. Même pas le nom d'une quelconque femme. Rien. En revanche, le prénom de l'enfant était clairement indiqué. Victoria Malefoy. Ça ne l'étonnait même pas qu'il l’appelle de cette façon. Fireins parlait toujours à Albus mais Rose n'avait pas la moindre idée de la relation qu'ils entretenaient. D'ailleurs, elle ne savait absolument rien. Ni sur James, ni même sur Lily. Une main posée sur son ventre arrondit, la jeune femme ferma les yeux avant de sombrer dans le sommeil
    .


Dernière édition par Rose J. Weasley le Sam 28 Avr - 15:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lorcan Dragonneau


Parchemins : 114
Date d'inscription : 01/04/2012
Age : 22
Localisation : Hogwarts

Grimoire
Relations:

MessageSujet: Re: I always say, we should be together (ft.Lorcan - futur alternatif)   Sam 28 Avr - 13:19



    Assis à sur le canapé de sa mère, Lorcan Dragonneau était en pleine prise de notes. Il écrivait tout ce que ses parents lui disaient sur la dernière créature qu'ils avaient découvert pendant leurs expéditions. Si Lorcan s'efforçait à prendre des notes, c'était parce qu'il les utiliserait pour le livre qu'il était en train d'écrire. En effet, à sa sortie de Poudlard, le jeune homme avait décidé de prendre exemple sur son arrière-grand-père en relatant ses connaissances des créatures magiques dans plusieurs livres. En onze ans, il avait publié deux livres- devenus best-sellers- et était en pleine rédaction de son troisième ouvrage.


    -Je crois que c'est tout ce que je peux te dire. conclut sa mère. 

    Lorcan se leva, remercia Luna chaleureusement, et transplana. 

    Lorsqu'il ne passait pas son temps à écrire son ouvrage, Lorcan écrivait quelques articles pour le Chicaneur, le journal créé par son grand-père, et récemment repris par Lysander. 
    Avec son frère comme rédacteur et propriétaire, le journal avait connu une poussée de crédibilité monstre, et les articles des frères jumeaux étaient très appréciés. Toutefois, Xénophilius Lovegood avait conservé sa part d'originalité, et il n'était pas rare de voir un article sur la cachette du Ronflax Cornu. 

    Comme chaque après-midi, Lorcan rendait visite à son frère, soit pour lui donner ses articles, soit pour lui donner son avis sur la dernière modification qu'avait fait Lysander. 

    Après avoir supporté un monologue de son frère sur la couleur des titres et la grosseur de caractères-chose qui lui semblait totalement futile-, Lorcan rentra enfin chez lui. Les Dragonneau habitaient en plein milieu du Londres moldu, dans un quartier chic et réputé de la ville. C'était Rose qui avait tenu à rester à Londres, et Lorcan n'y avait pas vu d'objection, au contraire il l'avait approuvé. Ah, Rose. Après onze ans de mariage, elle lui faisait toujours le même effet. Il n'aurait pu rêver mieux que la vie qu'il avait avec elle. 
    Sur ses pensées, il rentra chez lui, et aperçut Rose, endormie dans un des fauteuils du salon. Les enfants étaient encore à l'école, et il ne devrait pas tarder à venir les chercher. 
    Lorcan se rapprocha de sa femme et lui déposa un baiser sur le front. À ce contact, la jolie rouquine se réveilla, et fut ravie de voir que son mari était rentré.


    -Des nouvelles depuis ce matin ? demanda-t-il à sa femme. 

    Rose lui résuma les grandes lignes de la Gazette, et lui montra la lettre qui était arrivée pour Lisa, leur fille ainée qui venait de fêter son onzième anniversaire. En voyant la lettre de Poudlard, Lorcan se mit à repenser à toutes ses années au château, à ses amis, et à sa relation avec Rose. Il s'était passé tellement de choses là-bas...


    -J'en connais une qui va être ravie.

    En effet, Lisa ne cessait de poser des millions de questions à ses parents sur le château, les professeurs, et autres détails sur la vie à Poudlard. Leur ainée était vraiment une petite fille intelligente, pleine de ressource qui avait hérité de sa mère dans la plupart des domaines. 

    Rose jeta un coup d'oeil à l'horloge, et décréta qu'il était l'heure d'aller chercher Robin et Lisa à leur école moldue.


Revenir en haut Aller en bas
❝ Invité ❞
Invité


MessageSujet: Re: I always say, we should be together (ft.Lorcan - futur alternatif)   Sam 28 Avr - 16:12

    Rose courrait dans les ruelles de Londres. Ce qui s'était passé il y a seulement quelques minutes était particulièrement étrange. Et particulièrement dangereux. Elle se massa le poignet un instant, puis se coucha. Un éclair de lumière écarlate explosa au dessus de sa tête. Elle se retourna à toute vitesse et expédia un maléfice d'entrave à une vitesse ahurissante. Le sort claqua brutalement sur la poitrine de l'assaillant cagoulé. Il en restait plus que quatre. L'ancienne Gryffondor était effrayante lorsqu'elle se battait. Enceinte ou non. Rien d'étonnant, elle avait été entraînée pour ça depuis qu'elle avait l'âge de tenir une baguette.
    Mais qu'est ce qui s'était passé?

    La jeune jeune femme accompagnée de Lorcan s'apprêtaient à aller chercher Robin et Lisa à l'école moldue. École où l'ainée de la famille étudiait pour sa dernière année. Elle s'engouffra alors dans l'une des ruelles constituée que de deux pans de mur. Il n'y avait dans cette rue que des gens malfamés, des ivrognes, et des drogués. Mais c'était un sacré raccourci pour se rendre à l'école du coin.
    Elle s'engouffra donc dans la ruelle, saisissant sa baguette dans sa main droite à l'intérieur de sa poche en avançant, tout ses sens aux aguets. Ils y passaient souvent, et n'avaient jamais eu d'ennuis. Mais comme disait Ron, on était jamais trop prudent, et les ennuis vous rattrapait bien vite. Elle se prêta à sourire en coin en pensant à son père. Ce fut parce qu'elle pensait à lui, que Rose percuta une silhouette cagoulée sans s'en rendre compte. Cette dernière devait faire une tête de plus qu'elle, et il semblait impressionnant. Il ricana de voir Rose reculer sous l'effet du choc.
    Vive comme l'éclair, elle tira sa baguette et la porta sous son nez masqué par sa cagoule et Lorcan ne mit pas longtemps avant de faire de même. -
    Ricane encore une fois Batman, et je te jure que je déplace ton nez à la place de ton front.murmura-t-elle.

    L'homme masqué continua à rire un petit moment puis s'arrêta. Il était complètement vêtu de noir un peu à la manière des Mangemorts avant la guerre. Mais cette espèce ne devaient plus exister. Ou du moins ils devaient être terrés dans leur trou à rat. -Aussi arrogante que ta mère Weasley.

    Aussitôt, comme une ombre malsaine se déployant, une dizaine d'hommes et femmes encapuchonnées encerclèrent le couple. Cette dernière commença légèrement à paniquer et elle n'était pas vraiment en état de se battre. Surtout que le lieu n'était pas très approprié. Ils étaient entourés par ils ne savaient quoi, et ils ne savaient combien. Ils ne pouvaient pas les affronter dans la rue. Ils devaient donc trouver un moyen de s'échapper. La panique se calma peu à peu et laissa place aux réflexes légendaires des Weasley. Elle jeta un regard au brun qui couvrait toujours ses arrières.Elle encra son regard dans les yeux de l'homme
    .- Dix contre deux. Quel courage.

    L'homme cessa de rire, et les silhouettes se voulurent impatientes et plus oppressantes. Ce n'était pas encore le moment... Pas maintenant ils étaient encore trop loin. Le regard de Rose passa rapidement sur son environnement. Pas vraiment de quoi l'aider. L'homme, visiblement le meneur sortit sa baguette et la leva vers eux. - Tu ne voudrais pas que tes enfants deviennent orphelins ?
    Le sang de la jeune femme se glaça. Ce coup-ci, l'homme ne plaisantait absolument pas et était totalement sérieux. Et ça c'était effrayant. Mais bon, heureusement, ils étaient tous assez proche d'elle pour que son plan débute. Des mots effroyables commencèrent à sortir de la bouche de l'homme face à elle.

    - Avad..

    Rose frappa sèchement le bras armé de son adversaire pour que le maléfice de Mort frappe le mur un peu plus haut dans un craquement sourd. Elle leva ensuite sa baguette d'un geste sec et rapide et s'exclama : -Deprimo !

    Aussitôt il y eut des multiples craquements de partout. Les silhouettes sombres levèrent les yeux de manière affolée. La majorité des volets de la rue étroite étaient en train de fondre sur eux à grande vitesse. Lorcan attrapa sa main et les bouscula violemment au moment où ils levèrent les yeux.
    Et ils se mirent à courir à toute vitesse.
    C'était donc ça ?, le flux légendaire des Granger ? Cette capacité de réaction et de réflexion instantanée ? Le cerveau de Rose bouillonnait alors qu'elle se mettait à courir. Elle entendit les hurlements confus et surpris de ses assaillants en train de lutter contre le pluie de volet dont elle était responsable.
    Il ne fallait pas se retourner. Ils devaient courir, courir courir.
    Les sorts et maléfices claquaient au dessus de sa tête, elle ripostait, bifurquait. Elle ne tiendrait pas la cadence encore longtemps, elle devait agir. La bande cagoulée de noir avait l'air effrayante. Elle y était presque.
    Elle vit enfin le passage permettant d'accéder à une autre ruelle. Mais avant qu'elle ne réussisse à s'engouffrer dans le passage, ses jambes se joignirent. Le maléfice du bloque-jambe la fit tomber par terre. Ses coudes, son visage et ses genoux s'écorchèrent violemment contre les pavés.
    Rose regarda le sol, complètement perdue alors que Lorcan était allongé un peu plus loin. Ses sens étaient étranges, elle n'avait pas mal. Elle ne savait pas où elle était. Avait-elle prit un coup sur la tête. Soudain, se fut l'enfer. Un maléfice de Doloris la frappa de plein fouet. C'était la pire sensation de toute sa vie. Ses os, ses muscles et sa peau était en feu. Elle avait horriblement mal.

    Enfin la douleur cessa et elle respira de soulagement. On la releva et on lui libéra ses jambes pour qu'elle puisse mourir debout. Un flamme de colère brilla dans ses yeux. Ses cheveux était en bataille comme jamais.Elle n'avait plus la voix arrogante. Non, là elle était terrifiante. Son regard fixait la bande qui l'entourait, du sang perlait sur sa lèvre. Elle n'avait pas peur de mourir, on lui avait toujours apprit à ne pas s'en faire. Une illumination germa dans son esprit. Elle leva sa baguette une dernière fois, sachant pertinemment que c'était sûrement la dernière chose qu'elle ferait de sa vie. Elle s'exclama :
    -Impedimenta
    Rose tomba en arrière, épuisée. Ce qui se passa ensuite, elle ne s'en souvint pas. Il y eut une succession d'explosion dues aux transplanages multiples. Il y eut une succession d'échange de maléfice et des claquements sonores. La bande disparut en transplanant, ayant visiblement perdu.
    La dernière image qu'elle eut était celle de l'ancien Serdaigle se penchant sur elle. Pour la première fois de sa vie, Rose voyait une réelle lueur de crainte, de peur et de terreur dans les yeux de Lorcan Dragonneau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lorcan Dragonneau


Parchemins : 114
Date d'inscription : 01/04/2012
Age : 22
Localisation : Hogwarts

Grimoire
Relations:

MessageSujet: Re: I always say, we should be together (ft.Lorcan - futur alternatif)   Sam 28 Avr - 17:21



    Assis sur les fauteuils du salon, le couple Dragonneau attendait que leur fille ainée daigne finir de se préparer.


    -Lisa, dépêche-toi, on va rater le train ! cria Robin, le frère cadet de la demoiselle. 

    Robin venait d'avoir onze ans, et allait donc faire sa première rentrée à l'école de magie. La veille, il avait fait ses premiers achats sur le chemin de traverse, et c'était avec fierté qu'il se pavanait avec sa baguette magique flambant neuve. 

    Lorcan soupira. Il y avait tellement de chose à faire le premier jour de septembre. L'aînée finit enfin par descendre avec toutes ses affaires, ravie de se faire autant désirer. 
    La petite famille sortit de leur maison, et se dirigèrent vers une voiture moldue que seule Rose utilisait le plus souvent. 
    Lorcan entreprit de mettre toutes les affaires des enfants dans le coffre grâce à un sortilège, tandis que Rose installait la petite dernière dans la voiture. 
    Bien des choses s'étaient passées avant la naissance de Laureen. L'attaque d'il y a cinq ans avait bien failli les tuer, aussi bien physiquement que mentalement. Rose, qui était enceinte à l'époque, avait perdu l'enfant qu'elle portait, et ça l'avait presque tuer de l'apprendre. Lorcan, lui, avait bien crut qu'il allait perdre sa femme, et rien que repenser à cette éventualité le paralysait de douleur.
    Beaucoup de temps et un soutien remarquable. C'était ce qu'il avait fallu pour que les choses redeviennent normales. La naissance de Laureen, deux ans après l'attaque, leur avait redonné espoir, même si la peur se lisait encore de temps en temps sur le visage de Rose. 

    La famille arriva enfin à destination. Il fallait se dépêcher, le train partait dans quinze minutes. 
    Comme chaque 1er septembre, la  la voie neuf trois-quart était bondée. 
    Lisa embrassa ses parents, et se dirigea vers les compartiments réservés aux préfets. Il n'y avait pas à dire, la jeune Serdaigle était le parfait sosie de ses parents. 
    Robin, lui, était beaucoup plus anxieux que sa sœur. Il avait beau vouloir le cacher, il appréhendait le test du Choixpeau.


    -Tout va bien se passer, tu verras.  rassura Lorcan. 

    Rose rassura également son fils, et ce-dernier se détendit enfin. 
    Au loin, Lorcan aperçut quelques visages familiers: Neil, Emily, Mandy, Victoria, Helena,...et même Scorpius. Le blond releva la tête et croisa le regard de l'ancien Serdaigle. Même après tant d'années, les deux hommes se détestaient toujours autant. 

    Un coup de sifflet retentit, Robin se hâta de monter dans le train avant que ce-dernier ne commence son long trajet vers Poudlard. 


    Le soir-même, le couple Dragonneau reçu une lettre de leur fils. 

    "Papa, Maman
    Je suis à Gryffondor ! Le château est génial, et les élèves de mon année n'ont pas l'air bien méchant. Enfin, il y a juste cette Victoria Malefoy qui m'a cherché des noises pendant le trajet, mais je ne me suis pas laissé faire ! J'ai hâte d'avoir mes premiers cours. 
    Je vous embrasse, prenez soin de Laureen. Robin.


    Lorcan releva la tête et embrassa sa femme, il n'y avait plus aucune raison d'avoir peur désormais, leurs enfants prenaient la relève. 

 
Revenir en haut Aller en bas
❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: I always say, we should be together (ft.Lorcan - futur alternatif)   

Revenir en haut Aller en bas
 

I always say, we should be together (ft.Lorcan - futur alternatif)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le plan du Centre-ville de PAP devrait être confié à des Haitiens
» L'explosion demographique, une bombe a retardement
» Programme national de cantine scolaire...
» Le futur d''Haiti selon l''homme d''affaire Mike Spinelli
» Il n'y pas de vie sans agriculture...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard Revival :: Region of Hogsmeade :: Other Locations :: Reversing Time-